NUDITE La vidéo fait le tour des réseaux sociaux du pays ce mardi…

20 Minutes avec AFP

— 

Un homme attaque la statue Ain El Foura représentant une femme nue. — Capture d'écran YouTube

Un homme, atteint de « déficience mentale » selon la police, a endommagé ce lundi à coups de burin la statue féminine de l'emblématique fontaine Ain El Fouara de Sétif (300 km à l'est d'Alger).

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, un homme barbu et vêtu d'un qamis blanc (tenue islamique originaire du Golfe adoptée par les salafistes en Algérie) s'attaque, juché sur le socle de la fontaine à plus de 1,50 m du sol, au visage et aux seins de la statue avec un marteau et un burin. Des passants tentent de le déloger en lui lançant des pierres, jusqu'à l'arrivée de la police.

Le ministre de la Culture promet une restauration rapide

L'auteur présumé, arrêté par la police, est âgé de 34 ans et issu de la commune de Béni Hocine, à environ 35 km de Sétif. Après son passage, le visage de la statue et un de ses seins ont disparu tandis que l'autre est abîmé.

Le ministre algérien de la Culture Azedine Mihoubi (originaire de Sétif) a dénoncé « avec une grande consternation le comportement hystérique d'une personne qui a essayé à l'aide d'un marteau de détruire et de défigurer l'œuvre Ain El Fouara ». « La police a arrêté l'auteur et la justice déterminera les motifs de cet acte odieux et condamnable », a-t-il poursuivi, promettant une « restauration rapide des parties endommagées de ce chef-d'œuvre ».

Une statue dynamitée en 1997 par des islamistes

La fontaine Ain El Fouara (« la source qui jaillit ») est un monument emblématique de Sétif. La statue, une belle naïade œuvre du sculpteur français Francis de Saint-Vidal, a été réalisée spécialement pour la ville et installée en 1899. Bien que datant de la colonisation française, les Sétifiens y restent très attachés.

La statue avait été dynamitée en 1997, dans un attentat attribué aux islamistes, en pleine « décennie noire » de guerre civile les opposant à l'Etat algérien. Elle avait été réparée en quarante-huit heures après une exceptionnelle mobilisation des habitants de Sétif.