POLITIQUE Mustapha Laabid a interpellé la ministre Marlène Schiappa mardi…

Camille Allain

— 

Capture d'écran de l'intervention du député rennais Mustapha Laabid à l'Assemblée nationale. — Capture d'écran Assemblée nationale

  • Mustapha Laabid a été ovationné par l'Assemblée nationale mardi.
  • Il interrogeait Marlène Schiappa sur les violences faites aux femmes.
  • Cet intervention émanant d'un homme a été saluée sur les réseaux sociaux.

« Rien ne me prédestinait à devenir député ». Fin juin, à la veille de son premier voyage à l'Assemblée nationale, le Rennais Mustapha Laabid avouait sa « fierté » de devenir député mais aussi son appréhension de « l'hyper-sollicitation et de la médiatisation ». Après trois mois plutôt discrets, l'élu La République en marche s'est fait remarquer dans une tribune dénonçant les violences faites aux femmes. Pour sa première question dans l'Hémicycle, il a reçu une véritable standing-ovation des élus de l'Assemblée nationale.

Lors des questions au gouvernement, le néodéputé s'est adressé à la secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schpiappa. « Non, nous ne sommes pas indifférents », a martelé Mustapha Laabid après avoir énuméré le nom de plusieurs femmes mortes sous les coups de leur compagnon. « Il est urgent de légiférer car il est primordial de montrer aux femmes que le droit est avec elles ». Une déclaration qui a fait se lever les élus de la majorité, qui ont acclamé le député de 48 ans.

>> A lire aussi : «On m'a dit que personne ne voterait pour moi car je m'appelle Mustapha»

Un destin assez incroyable pour ce fils de maçon et d'une femme de ménage né dans le quartier populaire du Blosne. D'abord pion, Mustapha Laabid a ensuite créé une entreprise d'import-export, avant de créer la Fondation agir pour l'exclusion (FACE). « Un job palpitant » selon lui, qui l'a mené à accompagner des dizaines de jeunes vers un retour à l'emploi. « On m'a dit que personne ne voterait pour moi car je m'appelais Mustapha. Ça prouve que les gens se trompent. J'espère que mon élection pourra réveiller une conscience politique chez les habitants des quartiers », déclarait-il au mois de juin.

Père de triplés

Père de cinq enfants dont des triplés de cinq ans, le député de la 1re circonscription est membre de la commission des affaires sociales et siège à la Délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes.