LOGEMENT « Dans le monde HLM, il y a des acteurs qui ont beaucoup d'argent » et « on va leur demander de faire un effort », a annoncé le président sur TF1...

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron avant son interview télévisée, le 15 octobre 2017. — Philippe Wojazer/AP/SIPA

Le président a jugé la situation actuelle « croquignolesque », dimanche soir sur TF1. Le gouvernement va demander aux acteurs du logement social d'« un peu baisser les loyers » et « en face on va baisser d'autant les APL », les aides personnalisées au logement, a annoncé Emmanuel Macron. Cette baisse leur sera demandée « au nom du fait que nous finançons le logement social », a-t-il poursuivi.

>> A lire aussi : Ce qu'il faut retenir de la toute première interview du président

« Ce qui est croquignolesque dans le monde où nous vivons c'est que nous finançons le logement social mais il augmente les loyers et nous finançons de l'autre côté les locataires les plus modestes par les APL. On dépense des deux côtés ! », a-t-il critiqué.

« Tenir les engagements de ses prédécesseurs »

« Dans le monde HLM, il y a des acteurs qui ont beaucoup d'argent » et « on va leur demander de faire un effort », a-t-il poursuivi. Il a répété avoir « soutenu la décision » du gouvernement de baisser de 5 euros les APL cet automne car « il a procédé à des décisions difficiles d'économie sans augmenter les impôts » et « voulu tenir les engagements de ses prédécesseurs ».

>> A lire aussi : Emmanuel Macron dit «ne pas croire à la jalousie» envers les riches

Emmanuel Macron a dénoncé une politique du logement « qui ne fonctionne pas » avec 40 milliards d'euros de dépenses publiques mais « 4 millions de mal-logés ». « Je veux des réformes ambitieuses » visant à « baisser le coût du logement » mais « la vraie réponse est de construire », a-t-il enchaîné.

Il a aussi indiqué sans autre détail que le gouvernement comptait recapitaliser certains organismes HLM « qui ont des publics beaucoup plus en difficulté » dans les quartiers défavorisés.