FAITS DIVERS Il s'offrait des pointes à 240 km/h sur une route limitée à 90...

M.C.

— 

Illustration d'un radar routier. — GILE MICHEL/SIPA

Une moyenne de dix flashs par mois. Un motard a été intercepté par les gendarmes du peloton motorisé de Béthune, qui le soupçonnent d'avoir déclenché un radar routier 156 fois entre fin septembre 2014 et décembre 2015, rapporte La Voix du Nord.

Le Centre automatisé de constatation des infractions routières, irrité par les crépitements à répétition de son appareil installé sur la route départementale 943 à Annezin (Pas-de-Calais), était sur les dents depuis des mois pour identifier ce mystérieux motard, qui s'offrait des pointes allant jusqu'à 240 km/h sur cette route limitée à 90. Sans succès jusque-là : le radar flashe en effet par l'avant alors que les motos n'ont de plaque qu'à l'arrière.

« Au mauvais endroit au mauvais moment »

Les gendarmes ont donc mis en place une surveillance en début de soirée, car le radar était toujours déclenché vers 21h. Et ont fini par arrêter un quinquagénaire roulant sur une moto noire, dont les horaires de travail pourraient correspondre aux heures des infractions, selon le Parquet.

Le motard en question nie pour sa part être la personne recherchée : « Je leur ai expliqué que ce n'était pas moi. Ils cherchaient une moto noire, j'ai une moto noire. Sans faire d'humour, pour eux, noir c'est noir… », a-t-il expliqué au juge, selon le récit de La Voix du Nord. « On cherche un coupable. Je suis passé au mauvais endroit au mauvais moment », affirme-t-il, accusé de mauvaise fois par la procureure. Le montant cumulé des amendes pourrait se chiffrer dans les 15.000 euros.