Trois raisons de s'inquiéter de la pénurie de beurre qui touche la France


Trois raisons de s'inquiéter de la pénurie de beurre qui touche la France
Franceinfo - Les Titres

Les professionnels du secteur s'en inquiétaient depuis un an. Cette fois, ce sont les consommateurs qui doivent faire face à la pénurie de beurre. Certains supermarchés commencent en effet à avoir des difficultés à s'approvisionner, rapporte France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, vendredi 20 octobre. Faut-il vous inquiéter de cette situation ? Franceinfo vous répond.

Il y a une pénurie de matière première

Les difficultés pour s'approvisionner en beurre sont liées à deux phénomènes. D'un côté, la matière grasse animale, longtemps boudée par les nutritionnistes, est de nouveau vue d'un bon œil. "Avec la réhabilitation des matières grasses animales, la demande pour le beurre a explosé un peu partout dans le monde", assure Gérard Calbrix, directeur des affaires économiques à l'Association de transformation laitière française (Atla), cité par Le Monde. Les viennoiseries comme les croissants sont en outre très appréciées dans certains pays comme la Chine.

De l'autre côté, la production de lait a baissé en Nouvelle-Zélande, premier exportateur mondial, ainsi qu'en Europe. La fin des quotas laitiers au sein de l'Union européenne avait provoqué une surproduction en 2015. Pour éviter de vendre à perte, les éleveurs ont réduit le volume produit ces dernières années.

Et la tendance est difficile à renverser. "Les prix de vente de la poudre de lait à l'échelle mondiale sont nettement plus bas que le coût de production de cette poudre, explique Jean-Marie Le Bris, directeur des produits de grande consommation Laïta, à Usine nouvelle. La conjoncture est donc très défavorable dans sa globalité beurre plus poudre, deux composantes indissociables." Résultat, le prix du beurre industriel a explosé. Il est passé de 2 500 euros la tonne, en avril 2016, à 6 800 euros en septembre 2017, rapporte le Huffington Post.

Les producteurs et certaines entreprises sont affectés

Cette pénurie a déjà des conséquences pour plusieurs entreprises. La coopérative laitière Eurial a vu la quantité de lait qu'elle collecte baisser de 2%, rapporte 20 Minutes. "Nous essayons d'honorer en priorité nos contrats, mais nous devons mener des arbitrages", explique le directeur général. La firme a ainsi décidé de produire moins de crème UHT pour répondre à la demande de beurre.

Certains fabricants de biscuits s'inquiètent, en outre, de voir leur production entamée. Les dix employés d'une petite entreprise du Cher, qui fabrique des pâtes à tarte, connaissent déjà une situation difficile, rapporte L'Express vendredi 20 octobre. Depuis trois semaines, ils sont au chômage technique 70% du temps parce qu'ils ne reçoivent qu'une tonne de beurre par semaine, au lieu des trois nécessaires à la confection de leurs produits.

Chez les boulangers aussi, l'inquiètude monte. De nombreux artisans ont vu le prix de la matière première exploser chez les grossistes. "Je payais 4 euros le kg en début d'année. C'est passé à 8 euros maintenant, affirme un boulanger rennais à 20 Minutes. Ça devient compliqué." Un autre artisan explique à L'Express qu'il s'est, un temps, approvisionné dans les grandes surfaces pendant deux mois, pour "plus de 1 000 euros d'économies sur une tonne"

Les agriculteurs ne bénéficient toutefois pas de cette flambée du prix du beurre. En cause, le cours de la poudre de lait qui continue, lui, de chuter. Selon L'Express, les éleveurs risquent en outre de ne pas parvenir à écouler cette poudre, déjà en surproduction dans l'Union européenne, s'ils augmentent leur production de lait pour répondre aux besoins en matière grasse animale.

Il y a des conséquences pour les consommateurs

Pour les consommateurs, le premier effet visible de cette pénurie se trouve dans les rayons des supermarchés. Plusieurs magasins rencontrent des difficultés pour s'approvisionner en beurre. "En raison d'une pénurie de lait français, nos fournisseurs ne sont pas en mesure d'honorer nos commandes de beurre", annonce, jeudi 19 octobre, une affichette dans un supermarché normand. Quinze jours plus tôt, c'est dans les rayons d'un Monoprix parisien qu'un message similaire avait été affiché.

Les ruptures de stock sont toutefois rares. Il n'y a que des "pénuries ponctuelles, souvent liées à des problèmes de logistique et à la population des gens un peu affolés qui en achètent plus que d'habitude", modère ainsi le directeur agriculture de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD).

Autre conséquence directe pour les consommateurs : le prix des viennoiseries et des biscuits au beurre pourrait bien s'envoler"J'ai déjà augmenté les prix avant l'été de 5 centimes sur les croissants", explique Thierry Lucas, gérant d'une boulangerie à Douarnenez (Finistère), à L'Express. Même si les industriels peuvent remplacer le beurre par de la margarine, "ce n'est pas possible sans dégrader la valeur gustative des produits", souligne le délégué général de la Fédération des entreprises de boulangerie (FEB).

Pour remédier à ce souci, la FEB demande aux industries laitières de "mettre en fabrication davantage de beurre" pour endiguer la hausse des prix. Elle suggère aussi à la grande distribution de racheter plus cher les viennoiseries afin de compenser la hausse du prix du beurre. Ce qui pourrait, là encore, faire grimper les prix des viennoiseries.



Original Article: http://www.francetvinfo.fr/economie/trois-raisons-de-s-inquieter-de-la-penurie-de-beurre-qui-touche-la-france_2429091.html#xtor=RSS-3-[lestitres]

Aucun commentaire

Le procès de Salah Abdeslam en Belgique devrait être reporté

Le procès de Salah Abdeslam en Belgique devrait être reporté LE FIGARO - Le Figaro - France : Toute l'actualité en France  /  Piquet, Ca...