GEOPOLITIQUE Au lieu du golfe Persique, le président américain a parlé de «golfe Arabique» dans un discours vendredi…

O. P.-V.

— 

Donald trump lors de son discours sur l'Iran à la Maison blanche le 13 octobre 2017. — CHINE NOUVELLE/SIPA

  • Le golfe Persique est l'appellation de la région reconnue par l'ONU.
  • Donald Trump a préféré parler de «golfe Arabique».
  • Ce choix n'est pas un hasard, des pays comme l'Arabie saoudite militant pour l'adjectif «arabique».

Vendredi, Donald Trump était remonté contre l'Iran. Le président américain a tenu un discours depuis la Maison blanche dans lequel il a expliqué pouvoir mettre fin à tout moment à l'accord sur le nucléaire iranien, après avoir annoncé dans un premier temps qu'il se contentait de refuser de certifier les engagements de Téhéran.

S'il a qualifié le pouvoir iranien de « dictature » et de « soutien au terrorisme », c'est surtout une « provocation » géographique qui a agacé en Iran. Donald Trump a ainsi accusé l'Etat chiite de harceler « les navires américains et de menacer la liberté de navigation dans le golfe Arabique et la Mer rouge ». La Mer rouge ok, c'est ici, mais le golfe Arabique dont parle le leader américain a pour nom officiel golfe Persique, reconnu comme tel par l'ONU (et les Etats-Unis eux-mêmes).

« L'amitié de Trump est à vendre au plus offrant, nous savons maintenant que sa géographie aussi »

En Iran, ce point lexical n'a rien d'anecdotique. Le président Hassan Rohani l'a d'ailleurs souligné au moment de réagir aux menaces de Donald Trump : « Comment cela se fait-il que le président d'un pays ne connaisse pas le nom historique du golfe Persique ? », s'est-il étonné à la télévision iranienne.

Son ministre des Affaires étrangères Javad Zarif a écrit sur Twitter que « tout le monde sait que l'amitié de Trump est à vendre au plus offrant, nous savons maintenant que sa géographie aussi. »

Les réactions d'internautes iraniens se sont multipliées depuis. Plusieurs tweetent des photos de pierres tombales où sont inscrits les noms de soldats américains morts dans ce Golfe persique.

D'autres ironisent sur les compétences en matière de géographie du président milliardaire, ou sur le fait que l'appellation « Golfe persique » remonte à plus loin que « la découverte de l'Amérique ».

En outre, des milliers de commentaires en persan accompagnés de plusieurs variations autour du hashtag #PersianGulf ont inondé le compte Instagram de Donald Trump depuis vendredi soir.

Une fausse bourde

Sauf que la supposée gaffe de Donald Trump n'en est pas une. Si « golfe Persique » est le terme le plus courant dans le monde, reconnu par la majorité des organisations internationales et nations de la planète, une vraie bataille existe entre l'Iran et ses voisins régionaux sur l'adjectif à employer. Les pays arabes, Arabie saoudite en tête, veulent imposer le terme « golfe Arabique », ce débat ayant émergé au cours des années 50 avec l'expansion des mouvements nationalistes dans la région. Le Conseil de coopération du Golfe, qui regroupe l'Arabie saoudite, Oman, le Koweït, Bahreïn, les Émirats arabes unis et le Qatar, mais pas l'Iran, utilise le terme depuis les années 60.

« C'est comme si les Iraniens avaient l'impression que leur histoire en tant que civilisation était remise en question. C'est pourquoi il y a une telle réaction émotionnelle », expliquait au New York Times une analyste de la RAND Corporation. Au point qu'en 2010, Téhéran avait prévenu que les compagnies aériennes qui préféraient le terme « arabique » ne seraient pas autorisées à survoler le territoire iranien.

Google Maps n'a pas décidé

Pour Donald Trump, il s'agissait donc d'un clin d'œil à son partenaire saoudien, où il avait effectué sa première visite à l'étranger dans ses nouvelles fonctions, d'où la pique du chef de la diplomatie iranienne sur le fait que Trump vendrait sa géographie « au plus offrant ».

Preuve que le sujet déclenche des réactions épidermiques, Google Maps avait subi les foudres de l'Iran en 2012 pour avoir voulu couper la poire en deux ( comme dans le cas d'Israël et de la Palestine), en désignant la zone comme « golfe Persique, aussi appelé golfe Arabique ».

Le géant du Web n'a toujours pas décidé de prendre parti cinq ans plus tard. Par contre, Donald Trump a vite choisi son camp, bien que le communiqué de la Maison blanche reprenant son discours de vendredi a choisi « persique » et non « arabique » pour retranscrire les propos du président américain.