PROJET D'AEROPORT La CCI a remis lundi aux médiateurs une étude du cabinet Ernst & Young, qui estime à 10 ans la durée nécessaire pour réaliser une extension de Nantes-Atlantique...

20 Minutes avec AFP

— 

Des voyageurs entrant dans l'aéroport Nantes-Atlantique. — FABRICE ELSNER/20MINUTES

  • La Chambre de commerce et d'industrie Nantes-Saint-Nazaire, favorable au transfert de l'aéroport, a fait réaliser une étude concernant l'éventuelle extension de Nantes-Atlantique.
  • Les médiateurs, à qui le document a été remis, doivent remettre leur rapport au gouvernement en décembre.

L'hypothèse d'une extension de l'actuel aéroport de Nantes, étudiée par la mission de médiation gouvernementale sur le projet de son transfert à Notre-Dame-des-Landes, n'est « pas raisonnable » car elle serait « longue et complexe ». C'est ce qu'a estimé lundi la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de la région Pays de la Loire.

« Ce n'est pas impossible d'agrandir, mais on repartirait à zéro car la loi sur la biodiversité a changé et s'est complexifiée. On en a pour minimum dix ans », a déclaré à la presse le président de la CCI, Jean-François Gendron, favorable au projet de nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

>> A lire aussi : VIDEO. Des manifestants pro-aéroport réclament «le déménagement» de l'aéroport de Nantes

La CCI, qui avait déjà publié en 2015 une étude sur «la difficulté d'étendre l'aéroport de Nantes-Atlantique », situé à proximité de trois zones Natura 2000, a décidé de la réactualiser en prenant en compte l'évolution de la réglementation environnementale.

« Une hérésie en terme de développement économique »

Financée par la chambre consulaire et confiée au cabinet Ernst & Young, cette réactualisation a été remise lundi après-midi à deux des trois médiateurs nommés pour débloquer ce dossier.

Si l'option d'une extension de l'aéroport actuel était choisie, « une hérésie en terme de développement économique » pour Jean-François Gendron, « on (partirait) sur un débat public, une enquête publique, une évaluation d'incidence Natura 2000, une évaluation environnementale et une analyse des mesures de compensation de la biodiversité sur ce site », comme ce qui a été fait pour Notre-Dame-des-Landes, a-t-il souligné.

>> A lire aussi : Garder l'aéroport coûterait deux fois moins cher, selon les anti-NDDL

« Pas raisonnable »

Cette « étude sérieuse, faite par un cabinet indépendant, permet de clôturer le dossier d'extension éventuelle de l'aéroport actuel d'une façon claire, nette et précise, à cause des nouvelles lois et à cause du temps que ça prendrait, plus de dix ans pour éventuellement avoir la possibilité de faire une extension », ce qui n'est « pas raisonnable », a avancé le président de la CCI.

La mission de médiation doit remettre son rapport au plus tard le 1er décembre au Premier ministre Edouard Philippe, qui a promis de trancher avant Noël.