TENNIS Rafa Nadal ne compte pas lâcher l'ancienne ministre Roselyne Bachelot...

A.L.G. avec AFP

— 

Nadal, le visage de la souffrance. — Paul Chiasson/AP/SIPA

Le tennisman espagnol Rafael Nadal a poursuivi vendredi en diffamation l'ancienne ministre française des Sports Roselyne Bachelot, lui demandant par avocats interposés 100.000 euros de dommages et intérêts pour l'avoir accusé de dopage dans une émission télévisée l'an dernier.

En mars 2016, interrogée sur la chaîne D8 (C8 aujourd'hui) au sujet de l'affaire du contrôle positif de l'ancienne numéro 1 mondiale russe Maria Sharapova, Roselyne Bachelot, reconvertie chroniqueuse, avait accusé Rafael Nadal, longuement absent en 2012, d'avoir feint une blessure pour dissimuler un contrôle antidopage positif. « On sait que la fameuse blessure de Rafael Nadal, quand il a été arrêté sept mois, est certainement due à un contrôle positif », avait notamment lancé l'ex-ministre de la Santé et des Sports (2007-2010).

>> A lire aussi : VIDEO. Bachelot balance que Nadal est dopé, et ça ne plaît pas du tout en Espagne

La parole de Mme Bachelot « pèse énormément du fait de ses anciennes fonctions », a plaidé l'avocat du joueur, Me Patrick Maisonneuve, devant le tribunal correctionnel de Paris où ni Rafael Nadal, ni l'ex-ministre n'étaient présents. Rafael Nadal « m'a demandé de tordre le cou une fois pour toutes à ce que dit Mme Bachelot en vous communiquant son dossier médical », a ajouté Me Maisonneuve. Le dossier fait état selon lui d'un problème très sérieux au tendon du genou gauche.

Le procureur exige la condamnation de Roselyne Bachelot

Ces accusations « commencent à me fatiguer », avait déclaré Rafael Nadal à l'époque. L'Espagnol, qui a remporté dix fois Roland-Garros, avait demandé dans la foulée à la Fédération internationale de tennis de publier ses contrôles antidopage. Celle-ci avait répondu qu'il pouvait les publier lui-même, tout en répétant qu'il n'avait jamais été contrôlé positif.

En face, l'avocat de Roselyne Bachelot, Me Olivier Chappuis, s'est employé à faire le procès de cette fédération, expliquant longuement que son programme antidopage « a toujours été d'un laxisme ahurissant » sur fond de « culture de dissimulation des contrôles positifs ».

Mme Bachelot s'était notamment basée sur des déclarations dans la presse des joueurs Christophe Rochus et Daniel Köllerer mettant en cause Rafael Nadal, a justifié son avocat pour étayer sa « bonne foi ». Le procureur, estimant que les accusations de l'ancienne ministre étaient « particulièrement graves », a préconisé sa condamnation.