Le réquisitoire d’Alain Fuchs quittant le CNRS


Le réquisitoire d'Alain Fuchs quittant le CNRS
Le Monde.fr - Actualités et Infos en France et dans le monde

Alain Fuchs (photo Cnrs, Françis Vernhet)

Mais quel est donc ce syndicaliste virulent ? Qui écrit, à propos du CNRS : «Les années 2010-2017 ont été continuellement difficiles pour la recherche sur le plan budgétaire (…)», alors que Nicolas Sarkozy comme François Hollande n'ont cessé de prétendre faire de la recherche une priorité nationale ? Qui assène : «Le niveau d'emploi global du CNRS a donc baissé au cours de ces années (…)», précisant même «le niveau d'emploi global a baissé au CNRS de quelque 10 % en dix ans (…). » Pourtant, même un enfant de dix ans sait que, pour trouver plus, il vaut mieux être plus à chercher.

Nul besoin de fouiller les listes syndicales pour trouver l'auteur de ces propos cinglants pour les pouvoirs politiques de droite et du PS. Il s'agit d'extraits de la lettre d'adieu qu'Alain Fuchs, Président du CNRS durant cette période, nommé par la droite et confirmé par la gauche, a envoyé aux personnels du principal organisme de recherche. Il vient d'être remplacé par la biologiste Anne Peyroche, par intérim, pour aller présider le regroupement universitaire Paris Sciences & Lettres.

«la chute vertigineuse…»

Alain Fuchs se félicite d'avoir choisi de consacrer en priorité ses maigres ressources aux recrutements de chercheurs et d'ingénieurs. Un recrutement pourtant en baisse manifeste, avec 300 chercheurs et 300 ingénieurs et techniciens en 2018. Quant aux crédits frais, disponibles pour entamer de actions de recherches, ils ont été en chute libre. Si Alain Fuchs n'ose faire le bilan pour les ressources du CNRS, il dénonce «la chute vertigineuse du budget de l'ANR, doublée d'une politique d'appels à projets contestable,» responsable selon lui des difficultés budgétaires des laboratoires.

«convaincre la puissance publique…»

Si sa lettre d'adieu comporte son lot habituel de satisfecit auto-décernés, on y lit cette remarque terrible pour la classe politique qui a exercé le pouvoir depuis dix ans : «On peut également avoir quelques regrets, dont le premier est de ne pas avoir pu suffisamment convaincre la puissance publique de l'importance cruciale de la recherche scientifique pour notre avenir.» Si c'est lui qui le dit, haut-fonctionnaire, nommé en conseil des ministres à la tête du Cnrs, interlocuteur durant dix ans des gouvernements,  comment ne pas le croire ? Surtout que les actes laissaient penser, effectivement, qu'il y avait de ça.

Mais comment peut-on prétendre diriger la France vers un avenir meilleur si l'on sous-estime, pour le moins, l'enjeu de la recherche scientifique ? Cent ans après Einstein et Marie Curie, il faudrait encore expliquer aux dirigeants à quoi sert la science ? Faut-il expliquer aux Présidents et ministres le monde réel de 2017 ?

Celui où tous les défis sociétaux – l'emploi, l'environnement, la santé, le changement climatique, la paix et donc le développement économique et social des pays pauvres… – supposent, pour être relevés avec succès, un effort gigantesque de transformation de nos technologies pour rendre nos agricultures, nos industries, nos villes, nos moyens de transport ou d'habitat résilients aux crises en cours.

Un monde où l'Europe et donc la France ne pourront plus compter sur une sorte de confiscation du savoir qui a permis la domination occidentale et japonaise au 20ème siècle. Un monde où la Chine forme plus d'ingénieurs que l'Europe et dépose six fois plus de brevets mondiaux que la France. Où l'entreprise chinoise Huawei dépose plus de brevets que l'Oréal.

Zéro création de postes dans la recherche

Le budget 2018 présenté par Emmanuel Macron poursuit la même logique. Le Président jeune applique les vieilles idées de ses prédécesseurs pour la recherche. Zéro création de postes dans la recherche publique – lire cet article. Probablement autant pour les Universités qui croulent sous la demande de formation de jeunes persuadés qu'il y a là un bouclier contre le chômage qui les menace. Quant aux crédits de recherche, ils sont en berne. L'augmentation présentée est presque entièrement consacrée au financement des mesures salariales obligatoires et au rattrapage des dettes de la France auprès d'organisation internationales comme l'Agence spatiale européenne. Quant aux budgets des organismes, ils demeurent au régime sec.

Aucun commentaire

Le procès de Salah Abdeslam en Belgique devrait être reporté

Le procès de Salah Abdeslam en Belgique devrait être reporté LE FIGARO - Le Figaro - France : Toute l'actualité en France  /  Piquet, Ca...