BOXE Le Français s'est imposé aux points pour son deuxième combat...

B.V.

— 

Tony Yoka face à son deuxième adversaire en pro — CHRISTOPHE SIMON / AFP

Son adversaire avait quand même une autre dégaine que le premier, dont la bedaine laissait difficillement paraitre son statut de boxeur professionnel. Dans sa conquête vers le titre mondial, Tony Yoka a remporté son deuxième combat pro samedi soir au Zénith de Paris devant 5.000 personnes face à l'Américain Jonathan Rice.

Une victoire aux points, sans éclat. Car si Rice avait en effet l'allure d'un boxeur, l'Américain de 30 ans est tout sauf un foudre de guerre: 30 ans, 126 kg pour 1,96 m, arrivé à la boxe en 2014 après avoir pratiqué le basket et le football américain et classé 98e mondial. Mais une bonne droite, le truc sur lequel Yoka voulait se tester.

« Le public de ce soir a dû ressentir les impacts de ce boxeur, a reconnu le Français encore sur le ring. Il frappait vraiment très, très fort, donc il fallait être vigilant. » Voilà pour l'idée. Yoka voulait voir ce qu'il donnait contre un mec avec une bonne patate, même si a aucun moment il n'y avait un risque de défaite face à un type aussi peu mobile.

« Il faut un adversaire qui apporte des difficultés, pour apprendre à les surmonter, gagner en expérience, grandir, mais tu n'as pas le droit à l'erreur non plus. Si tu perds dès tes premiers combats, c'est compliqué de faire une carrière ensuite », nous expliquait d'ailleurs avant la rencontre Brahim Asloum. Certes, mais du coup, personne n'a été vraiment convaincu par la victoire du Français, qui a envoyé quelques coups, chambré et fait tomber son adversaire, mais en lui marchant sur le pied. Bref, rien de bien excitant. 

Du coup, les internautes se sont encore une fois payé le Français sur Twitter.