FOOTBALL L'attaquant va rater son premier match de la saison, contre Everton. Un casse-tête pour Bruno Genesio…

Jérémy Laugier

— 

Mariano Diaz, ici lors du précédent match de Ligue Europa de l'OL contre Bergame (1-1). — Laurent Cipriani/AP/SIPA

  • Belle surprise de ce début de saison, Mariano Diaz à déjà su se rendre indispensable à l'attaque lyonnaise.
  • Touché aux adducteurs, il ne fait pas partie du déplacement en Angleterre, ce jeudi.
  • Cornet, Fekir, Memphis, Traoré… Mystère quant à l'identité de l'avant-centre de l'OL pour ce rendez-vous majeur de Ligue Europa.

Pour un joueur s'installant pour la première fois de sa carrière, à 24 ans, dans un championnat élite, Mariano Diaz n'a pas vraiment pu souffler jusque-là, avec 11 titularisations en autant de matchs officiels de l'OL. Touché aux adducteurs, l'ancien attaquant de la réserve du Real Madrid va rater sa première rencontre à un moment clé, ce jeudi (21 h 05) en Ligue Europa contre Everton. Voici pourquoi il va déjà tant manquer aux Lyonnais à Goodison Park.

>> A lire aussi : Lyon: «A l'époque, notre défense faisait peur aux adversaires»... L'OL a-t-il déjà été à ce point flippant derrière?

>> Son bilan chiffré est incroyable.

Quand de prestigieuses et confirmées recrues comme Sonny Anderson et Lisandro Lopez en étaient respectivement à 4 et 2 buts en Ligue 1 avec l'OL après 9 journées, Mariano Diaz a déjà marqué à 7 reprises. Un total qui en dit long sur son sens du but. « On voit qu'il sent tout le temps où se trouve la cage, souligne l'ancien attaquant lyonnais Frédéric Piquionne. Il a d'autant plus de mérite qu'il a directement eu une grosse pression sur les épaules, tout le monde voulant le comparer à Alexandre Lacazette. »

>> Sa grinta est précieuse.

Avec lui, Lyon ne risque pas de ronronner devant. Son début de match de fou furieux, vendredi, contre Monaco (3-2), symbolisé par un tacle rageur dans les pieds de Subasic trouvant le poteau, montre à quel point le joueur espagnol peut se dépouiller dans un pressing haut. Une qualité qui n'aurait pas été de trop pour les duels qui attendent l'OL, ce jeudi, en Angleterre.

>> A lire aussi : OL-Monaco: Avec une première mi-temps de l'espace, un Mariano Diaz généreux et un Nabil Fekir au sommet, Lyon décolle enfin

>> Ses progrès collectifs sont évidents.

Si ses limites techniques n'ont pas mis longtemps à exaspérer certains supporters lyonnais, Mariano Diaz a montré de nets progrès dans ce registre face à l'ASM. Il aurait même pu signer sa première passe décisive de la saison, sans un hors-jeu très limite de Nabil Fekir. « Ça va de mieux en mieux avec Mariano », s'est d'ailleurs enthousiasmé le maître à jouer de l'OL, lui aussi auteur de 7 buts.

>> Aucune certitude sur un plan B.

A l'image d'Alexandre Lacazette la saison passée, Mariano Diaz n'a pas de véritable concurrent direct à la pointe du 4-2-3-1 de Bruno Genesio. L'entraîneur lyonnais a beau louer « la polyvalence » de Memphis Depay et de Bertrand Traoré, ceux-ci ont exclusivement évolué sur leur aile depuis leur arrivée dans le Rhône. Non retenu dans le groupe contre Monaco, Maxwel Cornet (0 but en 9 apparitions cette saison) pourrait être relancé à son poste de formation, ce jeudi.

A moins que Nabil Fekir n'avance d'un cran ou que le pari Myziane Maolida (18 ans, aucune titularisation) voire Alan Dzabana (20 ans, aucune apparition) ne soit tenté. Si on ajoute, à terme, les retours d'autres pépites du centre de formation, Amine Gouiri (17 ans) et Willem Geubbels (16 ans), tout juste éliminés de la Coupe du monde U17 en Inde, cela ne fait pas moins de huit pistes. Mais aucune ne s'apparente aujourd'hui à un plan B fiable.

>> A lire aussi : OL: «Fusée inarrêtable», «ado pas très bavard»… Le phénomène de 16 ans Willem Geubbels décrypté